Actualité Échelle Inconnue

LE HAVRE - TROUVILLE - JOURNAL -



RENCONTRES EXHIBIT AU TÉTRIS AU HAVRE :

-UNE HISTOIRE POLITIQUE D'INTERNET : SA NAISSANCE, SA VIE ET SA MORT ?
Conférence sur les cultures numériques avec Stany Cambot, Pascal Desfarges, Fabien Benoit et Céline Berthoumieux, avec le festival Obliques
jeudi 29 août de 18h30 à 20h30 au Fort de Tourneville
En savoir plus


SORTIE DU JOURNAL #8 AU FESTIVAL OFF-COURTS À TROUVILLE SUR MER :

-SOIRÉE DE LANCEMENT DU JOURNAL 8
Plateau Web TV au village off-courts avec Stany Cambot, Arnaud Lemarchand mercredi 11 septembre à 17h30,
suivi d'un cocktail à 21h15 avec la diffusion en exclusivité des teasers des films inédits d'Echelle Inconnue
Plus d'informations ici

-PROJECTIONS EN CAMION-CINÉMA
Projections de courts-métrages, production Echelle Inconnue, à l'intérieur du camion sur le parking de la Mairie (à côté du Cinémobile)
mardi 10 et mercredi 11 septembre dès 13h30
Plus d'informations ici


-TOURNÉE DU CAMION-CINÉMA
Projection gratuite en plein air du programme Cinéma sous les étoiles à Hennequeville sur les hauteurs de Trouville, au parc du terrain de pétanques
lundi 9 septembre à 21h30
Plus d'informations ici


RECHERCHE UNE PERSONNES EN SERVICE CIVIQUE :
Une personne pour s'occuper du cycle de conférences des Doctorats Sauvages. Période : du 01/10/2019 au 31/05/2020
Voir l'annonce ici


NOUVEAU LIEU POUR ECHELLE INCONNUE

L'équipe d'Echelle Inconnue est installée depuis le 29 mars au 11-13 rue Saint-Etienne des Tonneliers. De résidences, en ateliers, en rencontres, en formation punk... retrouvez nos projets hors-les-murs et suivez les sur nos différents sites internet :

echelleinconnue.net, le site pour suivre toutes nos actualités makhnovtchina.org, le blog du projet sur les villes mobiles dsea.fr, le site pour revoir les conférences passées et découvrir la future programmation. Le Doctorat Sauvage aura dorénavant son pendant numérique un lundi par mois !
Nous suivre sur Twitter : @echelleinconnue

29/09/2019 : RENCONTRES EXHIBIT AU TÉTRIS AU HAVRE

UNE HISTOIRE POLITIQUE D'INTERNET : SA NAISSANCE, SA VIE, SA MORT ?

Lire la suite

Sortie Nationale du Journal à Titre Provisoire "Cinéma Mobile d'Intervention" #8



Lancement du nouveau journal # 8
À Trouville sur Mer le mercredi 11 septembre au festival Off-Courts!
17h30 : une web TV au village off-courts, où seront interviewés deux rédacteurs du journal Stany Cambot et Arnaud Lemarchand
21h15 : une soirée cocktail pour rencontrer l'équipe autour du camion-cinéma avec en exclusivité la diffusion des teasers inédits des films produits par Echelle Inconnue sur le parking de la Mairie (à côté du Cinémobile)

Au sommaire du journal :

-Tuto-photo : Une éolienne en PVC !

- Dossier Makhno-Van :

- Le projet de Rodtchenko

- Sur la route du Carnival

- Cinéma Voyageur

- Écran Voyageur

- Peertube

- La Java de l'Infrastructure


En 1895 naissait le cinématographe des frères Lumière. Deux ans plus tard, il faisait son apparition dans les foires, d’abord comme attraction scientifique (notons que les fêtes foraines furent électrifiées bien avant la plupart des villes françaises) puis très vite comme « monstre » ou spectacle à part entière. C’est un scénario similaire qui se déroulera aux États-Unis dans les enceintes des carnivals.

En France, dès lors, ce seront les forains, pour la plus part Manouches, qui diffuseront films, drames et comédies. Ce sont eux encore, qui inventeront les actualités filmées, tournant dans les villes dans lesquelles ils s’installent. Le cinéma est alors résolument mobile, forain et invente ses formes, actualités mais aussi doublage des cartons de titres et de dialogues des films muets pouvant aller jusqu’au boniment comme le souligne Arnaud Lemarchand. Le spectacle parfois même s’hybride encore entre spectacle scénique et écran, mélangeant, danse, musique, etc. Propriétaires des copies des films qu’ils diffusent, les forains les usent jusqu’à la corde, les remontent même ou les raccourcissent parfois.

1912 sonne le glas de cet âge d’or. La mise en place du fichage anthropométrique des Tziganes s’accompagne opportunément d’une supposée crise du cinéma décrétée par Pathé qui installe son monopole sur le secteur. Il substitue à la vente des bobines un système de location. Impossible dès lors pour les forains de rentabiliser leur activité. Parallèlement, il construit ou incite à la construction de salles de cinéma sédentaires bâties sur le modèle du théâtre à l’italienne faisant passer le cinéma de la vie et du brouhaha de la foire à la fenêtre sur le surréel. Il a désormais la main sur l’ensemble de la chaîne allant de la production à la diffusion.

Quelques forains tenteront néanmoins de poursuivre l’activité avec des films étrangers ou du matériel, tourné par leurs soins. Peu à peu cependant, au cours des années 1920, les lampes de ces porteurs d’électricité s’éteignent. L’arrestation des Tziganes par la police française, puis leur déportation sous l’occupation, mettront définitivement fin à ce cinéma.

Mais alors qu’ici ces lumières s’éteignent, elles s’allument, plus à l’Est dans la Russie révolutionnaire. Le cinéma forain répondant tant au besoin de la guerre civile, qu’aux promesses artistiques de l’avant garde. « Le cinéma doit intervenir dans la société comme un véhicule de pompier » écrivait Maïakovki. Britchka, camions, trains et même bateaux embarquent des centres culturels et d’agitprop sur tout le territoire, tant d’ailleurs que le cinéma ambulant des années plus tard deviendra un élément naturel du paysage.

Alors que l’immédiat après-guerre entérine « l’exécution » du cinéma forain, on assiste à un retour marginal de la diffusion ambulante. Certains réalisateurs du « cinéma direct » comme Yann Le Masson projettent volontiers leurs rushs aux personnes filmées . Par exemple, il le fit au Japon devant les paysans et manifestants s’opposant à la construction de l’aéroport de Narita lors du tournage de Kashima Paradise.

Aujourd’hui, nous sommes quelques uns à opérer, par nécessité le plus souvent, un retour vers cette voie abandonnée, pour ne pas dire condamnée, du cinéma. Un cinéma mobile, direct et d’intervention hors des circuits de diffusion traditionnels, de leur économie, de leurs lieux consacrés et de leur éternel même public, anonyme et consommateur.

Ce numéro, pour dessiner des histoires possibles, un futur peut-être.
Mais sans doute lui manque-t-il quelques pages. L’enterrement du cinéma de foire est-il si évident ? Il semble que dès les années 1970 et 1980, les industriels forains soient revenus à leur premier geste : la démonstration technique et scientifique. La foire est devenue alors incubateur du cinéma à 180 puis 360 degrés et ce, avant la Géode du parc de la Villette, ou encore aujourd’hui du cinéma 5, 6 et même 8D, bien avant qu’il ne fasse son apparition dans les multiplexes. Mais œil et pensée ont tellement intégré le schéma réalisation/production/diffusion de Pathé soutenu par le CNC et les GAFA, que l’on peine à y voir encore un pur geste de cinéma.

Commander le journal et autres publications

RETOURS HIVER-PRINTEMPS 2019

Échos sur les projets d'Echelle Inconnue lors des derniers mois.

L'année a débuté avec La Nuit des Idées pour le 1er Doctorat Sauvage de la saison, en partenariat avec la Fondation de France et l'Institut Français. Autour du thème « Face au présent », qui a réunit des intervenants de tous horizons – intellectuels, chercheurs, artistes – invités à débattre dans les lieux partenaires de la manifestation, sur les cinq continents : de Dakar à Los Angeles en passant par Bruxelles, Buenos Aires et Katmandou, Paris… Et Rouen !

Xavier Jeudon, Chercheur en Histoire de cinéma, nous a parlé d'un monstre (de foire) en ville !
En savoir plus
DOCTORAT SAUVAGE EN ARCHITECTURE


Ensuite quelques projections ont eu lieu avec le camion-cinéma
"Foire Foris Forum et buffet de la gare"
"Une loi pour fabriquer des pauvres"
En savoir plus

Et pour finir la soirée, Stany Cambot a parlé de son livre « Villes nomades, histoires clandestines de la modernité ».
En savoir plus

Pour en savoir plus, rendez-vous sur la page de La nuit des idées



Un Doctorat Sauvage en Numérique a été consacré à un atelier de fabrication de robots le temps d'une soirée, avec les membres du Hackerspace de Rouen, Ventres Mous Ventres Mous
En savoir plus



Dans le cadre de son cycle Franco-Russe, Echelle Inconnue a organisé trois conférences de Mark Simon, Professeur des Sciences Politiques à l'École Shaninka de Moscou.

1. Généalogie des sous-cultures (post)-soviétiques: visibilité dans l'espace urbain et panique morale.
En savoir plus
2. Les migrants dans l'art et l'art des migrants.
En savoir plus
3. Rassemblement de rue "Monstration": une politique d'apolitique ?
En savoir plus


Voir les vidéos

BRICHKA
Présentation du projet « Brichka, habiter la route » :
depuis mai 2018, le nouveau contrôle technique est entré en vigueur, mettant les travailleurs mobiles habitant en camion dans une situation de précarité.
Les Rencontres Nationales de l’Habitat Mobile, un événement qui vient clore la phase préparatoire du projet « Brichka : habiter la route ».

Depuis une quinzaine d’années le territoire de l’emploi a profondément changé de nature en France. Une catégorie sociale disparue depuis les années 1920 réapparaît : le travailleur mobile, ou nomade, que les termes « intérimaires, détachés, travellers, saisonniers, déplacés » tentent de ceindre, et qui échappe encore à l’analyse institutionnelle.

Ce projet fait suite à un constat : de nombreux ouvriers, intérimaires et chômeurs, aménagent des véhicules utilitaires afin de répondre à cette mutation en matière d’emploi et d'habiter proche du chantier ou de l’usine.

Les exigences du contrôle technique se sont renforcées depuis mai 2018. Ces nouvelles mesures incitent les propriétaires de logements sur roues à faire homologuer leur véhicule afin que la mention « VASP » (qui désigne un véhicule destiné à servir de logement, comme par exemple les camping-cars) apparaisse sur leur carte grise à la place de celle de « CTTE » (qui désigne un véhicule utilitaire). Toutes ces modifications ainsi que les aménagements parfois nécessaires qui les accompagnent ont un coût, ce qui peut davantage précariser ces habitants en camion.

Le projet « Brichka : habiter la route » a pour objectif de rendre accessible la documentation de l’étude de faisabilité pour la création d’un prototype de véhicule habitable pour travailleur mobile qui passe au contrôle technique en CTTE et non en VASP.

« La loi sur le contrôle technique est passée ... Ça touche tout le monde : tous ceux qui ont besoin de se déplacer et qui ont des petits salaires ! », Éric Hergault, habitant en camion.

Ainsi, les Rencontres Nationales de l'Habitat Mobile ont pour objectif de comprendre sur quels critères de technicité un bricolage peut être validé et d'appréhender les impacts de l’arrêté modifiant le contrôle technique sur le droit à la ville de ses habitants.
Suite aux premières recherches menées dans le cadre du projet « Brichka: habiter la route », ces deux journées consacrées au bricolage « maison » des fourgons aménagés veulent apporter des éléments de réponse aux propriétaires de logements sur roues :
- Faut-il faire homologuer son véhicule en VASP (aménagement d'un véhicule destiné à servir de logement) ou est-ce possible de rester en CTTE (véhicule utilitaire) sur la carte grise ?
- Quelles sont les conséquences de cette homologation ?
- Quel est le coût de celle-ci ainsi que de l'aménagement du véhicule s'il doit être modifié ?

Voir le programme


Lire le communiqué de presse

Rencontres internationales de l'habitat alternatif et léger à Louvain-La-Neuve
RIHAL Rencontres internationales de l'habitat léger et alternatif

Conférences, forums, ateliers, visites, animations et activités ludiques portant sur les questions de l’auto-production d’habitations, la propriété d’usage face à la propriété privée, la lutte contre la spéculation, l’habitat comme outil de résistance, l’habitat collectif et l’autogestion, l’autonomie comme moteur de l’habitat léger, l’habitat léger en tant que réponse populaire aux crises écologique et du logement…
Voir le programme ici



Présentation d'Echelle Inconnue et projets en Russie par Stany Cambot en partenariat avec D'EST
Conférence traduite en russe et ouverte à tous
à Rouen dans le cadre des ateliers organisés par D'EST qui ont lieu du 12 au 18 mai à Paris et en région parisienne.

L'association D'EST France–Russie est une plate-forme d’échanges entre la Russie et la France qui vise à renforcer les relations entre les citoyens russes et français en s’appuyant sur la société civile. L’association a pour principal objectif de soutenir le développement du dialogue entre les sociétés russe et française.
Les rencontres de ce type organisées par l’association, intitulées «les Ateliers» visent à offrir à de jeunes professionnels russes la possibilité d’observer, comprendre et se familiariser avec la façon dont la France organise l’intégration des migrants et des demandeurs d’asile dans la vie citoyenne au niveau de la ville en France, notamment à travers de nombreux échanges avec des ONG, associations et collectifs qui défendent les droits des migrants et proposent différents moyens d’intégration.
Notre objectif : l’observation et la réflexion sur les différentes méthodes et pratiques utilisées en France par différents représentants de la société civile, ainsi que par les municipalités dans l’approche de la problématique migratoire. Le programme consiste en différents séminaires, rencontres, visites d’étude, conférences, discussions, études de cas qui vont couvrir la thématique du projet —
Voir la vidéo
Conférence traduite en russe et ouverte à tous


18/06/2019 : JOURNÉE HYPERLIEUX MOBILES AU MOBILAB À VERSAILLES


Intervention de Jean-Charles Maillot, projection en camion-cinéma, rencontre avec des chercheurs de VEDECOM et des experts organisée par l'Institut de la Ville en Mouvement
Mardi 18 juin à Versailles

La journée se composera de deux temps. Le matin, les membres du comité de pilotage et des experts de VEDECOM présenteront le projet. Cette matinée sera aussi l'occasion de présenter les résultats du recueil auprès des salariés (courant mai) des désirs d'implantation d'activités mobiles sur le plateau de Satory.

L'après-midi, une séance de travail sera organisée avec des chercheurs de VEDECOM et des experts invités (entreprises, chercheurs, associations, designers, etc.) afin de rédiger un cahier des charges pour la réalisation d'un démonstrateur. Une présentation des résultats de cette séance de travail sera organisée au mobiLAB dans les semaines suivant cette journée.

Informations sur le projet

Depuis 2017, l'Institut pour la ville en mouvement-VEDECOM mène un programme de recherche sur les activités mobiles, au-delà du transport de personnes ou de biens intitulé « Hyperlieux Mobiles » en partenariat avec Transdev, PSA, Michelin, La Poste, IFSTTAR, Telecom ParisTech, 6t, ETSAV-Université Polytechnique de Catalogne, et les chaires de l'IVM en Chine, au Brésil et en Amérique Latine. L'équipe internationale du projet a enquêté sur les territoires les plus variés dans différents continents : elle a recensé plus de 600 cas d'activités mobiles et en a étudié quelques dizaines de manière approfondie. Ces cas ont été étudiés à partir d'une diversité de points de vue et de cultures : experts des transports, de la logistique et des télécommunications, urbanistes, artistes, industriels, designers, sociologues, professionnels mobiles. Nombre de ces dispositifs semblent être les précurseurs d'un bouleversement possible dans nos pratiques mobiles, lié à notre « hyper connectivité » et à l'arrivée annoncée du véhicule autonome.

Actuellement, dans sa seconde phase (2019-2020), le projet vise à concevoir de nouveaux services et à élaborer des projets d'activités en mouvement enrichies, augmentées et multipliées par le véhicule connecté voire autonome. Il s'agira aussi d'expérimenter ces dispositifs en partenariat avec des acteurs locaux, des territoires, et de scénariser les situations urbaines, les micro-espaces urbains et hyperlieux mobiles qui en résulteraient.

01/06/2019 : CONFÉRENCE : "GOOGLE EST MON AMI ! ASPIRATION DE DONNÉES" / DOCTORAT SAUVAGE EN NUMÉRIQUE



En 1996, deux étudiants de Stanford travaillent au développement d'un nouveau moteur de recherche. Ils améliorent tellement la pertinence des résultats que leur société, Google, réunit 25 millions de dollars de capitaux propres en 1999. L'entreprise, à la recherche de sa rentabilité, lance AdWords en 2000, AdSense en 2003 et Analytics en 2005. L'amélioration de la pertinence des résultats passe inexorablement par la collecte et l'analyse de données personnelles.
Découvrons comment elle y parvient !

Conférence proposée par Frédéric Bisson, dit Zigazou, membre du hackerspace de Rouen Ventres Mous, dans le cadre du DOCTORAT SAUVAGE EN NUMÉRIQUE

INFORMATIONS PRATIQUES :

Lieu : Bibliothèque Parment
Date et heure : SAMEDI 1er juin 2019 à 15h30

Ventres mous : tous les lundis soirs à partir de 19h30, se réunissent les membres du Hackerspace de Rouen dans les locaux d'Echelle Inconnue. Lieu de partage des connaissances et compétences et espace permettant la mise en oeuvre de projets communs ou individuels autour des technologies libres.

Si vous voulez les rejoindre vous pouvez les contacter via :
Leur mail : contact@ventresmous.fr
Leur twitter : @ventresMous
Leur site internet : www.ventresmous.fr

13-16 mars 2019 : ALLEZ ! Rencontre sur les pratiques itinérantes et les musées dispersés


Rencontres internationales avec la Fondation Daniel et Nina Carasso et le Museo de Arte Contemporáneo de Barcelona
du 13 au 16 mars au Musée d'Art Contemporain de Barcelone

Allez ! Pratiques itinérantes et musées dispersés part du désir de créer un espace de réflexion et d’expérimentation autour des ressources pédagogiques mobiles favorisant l’éducation aux arts.
Valises, kits et boîtes pédagogiques ou bien musées, bibliothèques et cinémas ambulants, toutes les propositions sont liées à la tradition de l’art postal ou des roulottes-studio d’enregistrement.
Un ensemble d’initiatives institutionnelles ou autogérées qui cherchent à changer le territoire et à explorer de nouvelles formes de relationnalité, non seulement face au fait artistique mais aussi dans les contextes dans lesquels elles se produisent.
Tout au long de la rencontre, on s’interrogera sur les éléments qui composent ces dispositifs se déployant au-delà des murs de l’institution et qui génèrent de nouvelles formes d’institutionnalité dispersées sur le territoire et plus poreuses.
On parlera des pédagogies et des défis que ces pratiques soulèvent. Le fait que tous ces dispositifs nécessitent une « activation » dénote clairement leur vocation participative.

Le programme s’articulera autour de plusieurs propositions. D’une part, une rencontre de projets avec des tables de travail dans le but de réfléchir à quelques-uns des aspects qui façonnent ces pratiques, qu’il s’agisse de leur motivations, leur durabilité, leur autonomie ou leur évaluation ; la rencontre disposera d’un espace ouvert permanent où seront créées des dynamiques de médiation afin de partager des expériences et des projets.
Deuxièmement, des ateliers avec différents artistes et groupes autour de la construction de dispositifs mobiles, du développement de protocoles d’artiste, de la médiation itinérante, ainsi que de l’expérimentation dans le développement de projets numériques à partir de l’analogique. Ce chapitre comprendra également un séminaire avec une conférence et deux tables rondes sur l’agencement de ces pratiques, l’éducation élargie et la possibilité d’imaginer des pratiques institutionnelles allant au-delà de la conception de l’école comme public de masse.
Finalement, une journée publique et festive avec la présence et l’activation de certains dispositifs (cinéma, ateliers…). En parallèle, une série de dispositifs seront déployés dans divers établissements scolaires et autres espaces de la ville de Barcelone afin d’approfondir, à travers la pratique, la recherche autour de ces façons de faire.

Voir le programme

30-31/03/2019 : Rencontres habitat mobile

Rencontres nationales de l'habitat mobile : contrôle technique et bricolage d'un fourgon, est‐ce compatible ?

Lire la suite

13/10/2018 : Atelier : FORMATION SAUVAGE SUR DRUPAL



Dans le cadre d'une journée organisée dans plusieurs villes par l'association Drupal France et Francophonie le 13 octobre 2018, les drupalistes rouennais vous proposent une demi-journée de présentations et des ateliers autour du Drupal, avec le programme suivant :

14h-15h : présentation de Drupal par le président de l'association "Drupal France et Francophonie"
15h-16h : installation de Drupal avec le support des membres de la communauté rouennaise
16h -18h : résolution de problèmes et discussions libres autour du logiciel : contribution à la traduction, suggestion de modules, ...

Lieu: Echelle Inconnue : 11-13 rue Saint Etienne des Tonneliers 76000 Rouen
Samedi 13 octobre à 14h

03/12/2018 : Conférence : Grandeur et déclin des géants du numérique



La mondialisation a vu la naissance de géants, d’entreprises qui font la pluie et le beau temps dans leur domaine.
La technologie semble être le plus grand mal dont souffrent ces géants.
Avides de la maîtriser, ils finissent souvent par être dominés.
Petit tour de ces géants beaucoup moins présents aujourd’hui mais qui ont pourtant laissé leur empreinte.

Par Frédéric Bisson, dit Zigazou, Membre du Hackerspace Ventres Mous de Rouen
Lundi 3 décembre à 19h

28/01/2019 : Tuer la mort, proposition du transhumanisme


Il explore ce que l'on nomme la culture numérique, notre rapport à la technique et aux technologies ainsi que l'omniprésence du numérique dans les sociétés modernes.
Depuis quelques années les questions éthiques et philosophiques s'imposent face à un rapport toujours plus fusionnel entre l'homme et la machine.
Ainsi le transhumanisme entre en scène à la fois comme rupture et promesse dans un monde en déclin.
Il s'agit désormais de comprendre de quoi le transhumanisme est-il le nom.

Par Thomas Bernardi, Membre de l'association PING de Nantes dans le cadre du Festival des Libertés Numériques
Voir le programme
Lundi 28 janvier à 19h

12/11/2018 : Nature, impacts et géostratégies de l'Intelligence Artificielle


Présentation de l'état de l'art en Intelligence Artificielle et des impacts sociaux de sa mise en oeuvre dans un nombre de domaines toujours croissant.
On évoquera également les mouvements techtoniques des méga-corporations qui se sont emparés de ces technologies, ainsi que des États dont certains ont (finalement) compris que leur maîtrise est un véritable enjeu de souveraineté nationale et citoyenne.

Par Patrick Albert, Président HUB France IA, administrateur Association Française pour l'Intelligence Artificielle.

Lundi 12 novembre à 19h

20/05/2019 : Conférence "Monstrueux ordinateurs"


Ces ordinateurs défient l’imagination et l’environnement.
Ils ont leur classement mensuel au sein duquel ils s’affrontent afin de déterminer le meilleur d’entre eux.
Ils ont aussi leur histoire et leur pionnier.
Ils inspirent la peur et on les retrouve dans des super-productions hollywoodiennes.
C’est à l’un de ces monstres qu’on doit d’ailleurs le film Tron qui, ironiquement, dépeint un ordinateur monstrueux cherchant à prendre le contrôle des humains.

Par Frédéric Bisson, dit Zigazou, Membre du Hackerspace de Rouen, Ventres Mous

Lundi 20 mai à 19h à Echelle Inconnue

25/02/2019 : Atelier : "La nuit des combats de robots"


Construire et programmer un robot suiveur de lignes, tel est l’objectif de cet atelier qui mêlera électronique et développement.
Rassurez-vous, nul besoin d’être un expert, nous sommes là pour vous accompagner.
Nous vulgariserons le charabia des informaticiens et électroniciens.
La première partie consistera à monter le robot et à le tester.
La seconde verra vos robots s’affronter dans une olympiade : course, slalom, sumo.
La création du circuit électronique sur une plaque de prototypage (et non un circuit déjà imprimé) a pour objectif de vous initier à une technique que vous pourrez réutiliser chez vous.
À partir de 12 ans, groupes de 2 à 3 personnes par robot.
Un kit de construction mis au point par le Hackerspace vous sera fourni.

Par Rémi Passerieu, dit Gnieark, et Frédéric Bisson, dit Zigazou, Membres du Hackerspace de Rouen, Ventres Mous
Lundi 25 février de 19h à minuit à Echelle Inconnue

Sortie Nationale du Journal à Titre Provisoire "inGÉNIErie enSAUVAGÉe"



Lancement du nouveau journal # 7

Au sommaire :

-Tuto-photo : Une clim'pour l'été !

- La guerre des courants : Électricité lente/stagnante: le retour du courant continu?

- Vremyanka : Habitat provisoire et éternel de Russie

- Migrants "LO-FI"

- Récit : L'oeuf et la poule post-apocalyptiques

- Nouvelle "La marche du cheval"


Éventrer la machine c’est le travail qu’Echelle Inconnue s’évertue à faire depuis 1998. Machine‐ville, machine‐concept des faiseurs de ville ou plus simplement machine électronique et informatique auxquelles nous essayons de faire faire ce que nous voulons d’elle et non ce qu’elles veulent de nous.

C’est dans cette même logique moins de défiance que de reprise en main des machines et codes qui nous environnent que nous accueillons depuis 2011 un hacker space, organisons ou accueillons rencontres et conférences susceptibles de nous faire entendre ce que le ventre des machines cache. Éventrer la machine c’est la pratique que nous observons aussi chez d’autres dans les espaces de crise de la ville visant à rendre l’impossible vivable.

Éventrer la machine c’est enfin ce qu’il y a de commun au hacker et au bricoleur que les distinctions de classe séparent. Un numéro du « journal à titre provisoire » pour ré‐esquisser ses fraternités. Bricolage ou plutôt bidouillage et hacking sont à l’origine un seul et même mot que modes, institutions et marketing ont depuis longtemps séparé. En France, comme en Russie bricolages, samodelok, entrent au musée sous forme de pastiche ou de collection d’artiste. Cependant que le hacking, débarrassé de sa potentielle dangerosité pour le système, se fait une place dans la sphère de l’art contemporain.


Ce deuxième numéro consacré à ce thème ne se veut toujours pas une énième tentative de revalorisation de ces pratiques clandestines de nos quotidiens, mais plutôt une tentative de restauration de leur fraternité et leur potentiel émancipateur face au monde de la division du travail et de l’économie libérale; par là, leur rendre leur capacité de perturbation d’un pouvoir qui tente de nous en dépouiller.

Оглавление :

ФОТО-ПОСОБИЕ : Кондиционер. Время года – лето! Мисья Форлен / Александр Дельенс

Война токов. Спровоцирует ли низкая скорость распространения электричества возврат к постоянному току? Крис де Декер / Стани Камбот

Времянки. Постоянство временного жилья Людмила Пискарева.

Мигрантский « Lo-fi ». Марк Симон

Инженер и бриколёр или курица и яйцо в условиях постапокалипсиса. Стани Камбот

ХОД ЛОШАДИ Жером Гено

введение

В номер вошли: работа "неизвестный масштаб" в России, Нормандии, а так же отрывки из докладов Самопальный докторат по архитектуре Распотрошить машину – вот в чем усердствует «Неизвестный масштаб» с 1998 г. Машина-город, машина-концепт градостроителей или просто электронная и информационная

машина – мы пытаемся заставить их делать то, чего мы хотим от них, а не то, чего они хотят от нас.

Следуя этой самой логике – меньше недоверия, больше «приручения» машин и кодов, которые нас окружают, - мы с 2011 г. принимаем на своих страницах хакерспейс, посещаем или организуем
сами встречи и конференции,которые помогают нам разгадать, что скрывается в чреве машин.

Мы заметили: когда наступает кризис города, другие тоже стремятся распотрошить машину, чтобы сделать невозможное пригодным для жизни. Наконец, желание распотрошить
машину объединяет хакера и самодельщика, которых принято относить к разным классам. Этот номер «временной газеты» посвящен восстановлению их братских уз.


propulsé par DotClear