Actualité Échelle Inconnue

Les messages de la catégorie "work shop"



Sortie Nationale du Journal à Titre Provisoire "Cinéma Mobile d'Intervention" #8



Au sommaire du journal :

-Tuto-photo : Une éolienne en PVC !

- Dossier Makhno-Van :

- Le projet de Rodtchenko

- Sur la route du Carnival

- Cinéma Voyageur

- Écran Voyageur

- Peertube

- La Java de l'Infrastructure


En 1895 naissait le cinématographe des frères Lumière. Deux ans plus tard, il faisait son apparition dans les foires, d’abord comme attraction scientifique (notons que les fêtes foraines furent électrifiées bien avant la plupart des villes françaises) puis très vite comme « monstre » ou spectacle à part entière. C’est un scénario similaire qui se déroulera aux États-Unis dans les enceintes des carnivals.

En France, dès lors, ce seront les forains, pour la plus part Manouches, qui diffuseront films, drames et comédies. Ce sont eux encore, qui inventeront les actualités filmées, tournant dans les villes dans lesquelles ils s’installent. Le cinéma est alors résolument mobile, forain et invente ses formes, actualités mais aussi doublage des cartons de titres et de dialogues des films muets pouvant aller jusqu’au boniment comme le souligne Arnaud Lemarchand. Le spectacle parfois même s’hybride encore entre spectacle scénique et écran, mélangeant, danse, musique, etc. Propriétaires des copies des films qu’ils diffusent, les forains les usent jusqu’à la corde, les remontent même ou les raccourcissent parfois.

1912 sonne le glas de cet âge d’or. La mise en place du fichage anthropométrique des Tziganes s’accompagne opportunément d’une supposée crise du cinéma décrétée par Pathé qui installe son monopole sur le secteur. Il substitue à la vente des bobines un système de location. Impossible dès lors pour les forains de rentabiliser leur activité. Parallèlement, il construit ou incite à la construction de salles de cinéma sédentaires bâties sur le modèle du théâtre à l’italienne faisant passer le cinéma de la vie et du brouhaha de la foire à la fenêtre sur le surréel. Il a désormais la main sur l’ensemble de la chaîne allant de la production à la diffusion.

Quelques forains tenteront néanmoins de poursuivre l’activité avec des films étrangers ou du matériel, tourné par leurs soins. Peu à peu cependant, au cours des années 1920, les lampes de ces porteurs d’électricité s’éteignent. L’arrestation des Tziganes par la police française, puis leur déportation sous l’occupation, mettront définitivement fin à ce cinéma.

Mais alors qu’ici ces lumières s’éteignent, elles s’allument, plus à l’Est dans la Russie révolutionnaire. Le cinéma forain répondant tant au besoin de la guerre civile, qu’aux promesses artistiques de l’avant garde. « Le cinéma doit intervenir dans la société comme un véhicule de pompier » écrivait Maïakovki. Britchka, camions, trains et même bateaux embarquent des centres culturels et d’agitprop sur tout le territoire, tant d’ailleurs que le cinéma ambulant des années plus tard deviendra un élément naturel du paysage.

Alors que l’immédiat après-guerre entérine « l’exécution » du cinéma forain, on assiste à un retour marginal de la diffusion ambulante. Certains réalisateurs du « cinéma direct » comme Yann Le Masson projettent volontiers leurs rushs aux personnes filmées . Par exemple, il le fit au Japon devant les paysans et manifestants s’opposant à la construction de l’aéroport de Narita lors du tournage de Kashima Paradise.

Aujourd’hui, nous sommes quelques uns à opérer, par nécessité le plus souvent, un retour vers cette voie abandonnée, pour ne pas dire condamnée, du cinéma. Un cinéma mobile, direct et d’intervention hors des circuits de diffusion traditionnels, de leur économie, de leurs lieux consacrés et de leur éternel même public, anonyme et consommateur.

Ce numéro, pour dessiner des histoires possibles, un futur peut-être.
Mais sans doute lui manque-t-il quelques pages. L’enterrement du cinéma de foire est-il si évident ? Il semble que dès les années 1970 et 1980, les industriels forains soient revenus à leur premier geste : la démonstration technique et scientifique. La foire est devenue alors incubateur du cinéma à 180 puis 360 degrés et ce, avant la Géode du parc de la Villette, ou encore aujourd’hui du cinéma 5, 6 et même 8D, bien avant qu’il ne fasse son apparition dans les multiplexes. Mais œil et pensée ont tellement intégré le schéma réalisation/production/diffusion de Pathé soutenu par le CNC et les GAFA, que l’on peine à y voir encore un pur geste de cinéma.

Commander le journal et autres publications

"ИНТЕРВЕНЦИОННЫЙ МОБИЛЬНЫЙ КИНЕМАТОГРАФ": 8-Й НОМЕР ВРЕМЕННОГО ЖУРНАЛА ВЫХОДИТ В СВЕТ

Интервенционный мобильный кинематограф

Содержание номера
Досье: Махно-Вэн
Фото-Пособие: Ветряк
Проект Родченко
По пути ярмарки
Передвижной кинематограф
Кочевой экран
Peertube
Танцы вокруг инфраструктуры

Кино. Ярмарка за ярмаркой.

В 1895 году рождается кинематограф братьев Люмьер. Два года спустя он появляется на ярмарках: сперва как научный аттракцион (отметим, что ярмарки были электрифицированы гораздо раньше, чем большинство французских городов), затем как аттракцион-«монстр» или целый отдельный спектакль. Похожий сценарий произошел и в США с предшественником современных ярмарок (об этом можно прочитать в статье Хавьера Жёдона на странице ). Во Франции не кто иной, как ярмарочные артисты - в большинстве своём, цыгане - занимаются распространением трагических и комедийных фильмов. И именно они изобретают кинохроники, снимая города, в которых они останавливаются. Кинематограф этой поры абсолютно мобилен. Он обитает на ярмарочных гуляниях и ищет свои формы: кинохроника, дубляж табличек с текстом и диалогов немого кинематографа, который доходит до стадии комментирования фильмов, как отмечает Арно Лемаршан. Порой кинопредставление даже встраивается в живой спектакль, в котором смешиваются танец, музыка и другие действа. Артисты ярмарок становятся владельцами копий фильмов и используют их на пределе возможностей. Им приходится перемонтировать и иногда даже укорачивать фильмы.

1912 положил конец этому «золотому веку» ярмарочного кинематографа. Антропометрическая перепись цыган сопровождается предполагаемым кризисом кинематографа, провозглашаемым компанией Pathé, которая добивается монополии в этом секторе. Pathé перестаёт продавать киноленты, вместо этого приходится их брать в аренду. После этого деятельность ярмарочных артистов перестаёт быть рентабельной. Одновременно с этим Pathé строит и поощряет строительство капитальных кинотеатров, создаваемых по образу и подобию итальянского театра, что выводит кинематограф из шумной жизни балагана и уменьшает его до наблюдения за чем-то ирреальным. Отныне киностудия контролирует всю цепь: от производства до распространения.

Тем не менее, несколько ярмарочных артистов пробуют продолжать свое дело, показывая иностранные фильмы или же снимая свой собственный материал. Однако мало-помалу на протяжении 20х годов лампы этих носителей электричества гаснут. Аресты цыган, проводимые французской полицией, затем их депортация в годы оккупации, положили окончательный конец этому кинематографу.

Но в то время как здесь, на Западе, эти огни гаснут, на Востоке, в революционной России, они, наоборот, загораются. Передвижной кинематограф может не только удовлетворить запросы гражданской войны, но и поддержать артистические порывы авангарда. По словам Маяковского кинематограф должен играть в жизни общества ту же роль, что и пожарная машина. Брички, грузовики, поезда и даже пароходы перевозят центры культуры и агитпропа по всей территории страны (читайте статью Людмилы Пискаревой на странице ). Таким образом, через несколько лет передвижной кинематограф становится естественным элементом пейзажа.

Несмотря на то, что послевоенный период продолжает «казнить» передвижной кинематограф, можно заметить маргинальное возвращение передвижного распространения кино. Некоторые режиссёры «прямого кинематографа», такие как Ян Ле Массон, показывают свои наработки людям, которых снимали. Он делает это, например, в Японии во время съемок фильма Kashima Paradise: показывает крестьянам и участникам акций протестов против строительства аэропорта Нарита кадры с ними же.

Сегодня мы, вследствие определенной необходимости, вынуждены возвращаться к этой забытой, если не сказать порицаемой, кинематографической методике: Передвижной кинематограф, прямой и вступающий в коммуникацию, существующий вне традиционных каналов распространения кино, вне этой экономики, вне мест, посвящённых кино, и даже вне вечной этой публики, анонимной и потребительской.

Этот номер создан для того, чтобы обрисовать возможности. Может быть, будущее?
Но без сомнения здесь не хватает нескольких страниц. Так ли очевидно погребение ярмарочного кинематографа? Похоже, что уже в 70-е и 80-е года ХХ века работники ярмарок возвращаются к своим первым шагам: демонстрации технических и научных диковинок. Ярмарка стала (ещё до Жеода в парке ля Вилетт) инкубатором для кинематографа на 180, а затем и 360 градусов, а сегодня и для кинематографа 5, 6 и даже 8D, задолго до того, как он появился в многозальных кинотеатрах. Но наше сознание и зрение настолько привыкли к схеме Pathé «съёмка/продакшен/распространение», поддерживаемой Национальным центром кинематографа Франции и GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon), что нам уже не удаётся увидеть акт чистого кинематографа.

Заказать журнал и другие печатные издания

13-16 mars 2019 : ALLEZ ! Rencontre sur les pratiques itinérantes et les musées dispersés


Rencontres internationales avec la Fondation Daniel et Nina Carasso et le Museo de Arte Contemporáneo de Barcelona
du 13 au 16 mars au Musée d'Art Contemporain de Barcelone

Allez ! Pratiques itinérantes et musées dispersés part du désir de créer un espace de réflexion et d’expérimentation autour des ressources pédagogiques mobiles favorisant l’éducation aux arts.
Valises, kits et boîtes pédagogiques ou bien musées, bibliothèques et cinémas ambulants, toutes les propositions sont liées à la tradition de l’art postal ou des roulottes-studio d’enregistrement.
Un ensemble d’initiatives institutionnelles ou autogérées qui cherchent à changer le territoire et à explorer de nouvelles formes de relationnalité, non seulement face au fait artistique mais aussi dans les contextes dans lesquels elles se produisent.
Tout au long de la rencontre, on s’interrogera sur les éléments qui composent ces dispositifs se déployant au-delà des murs de l’institution et qui génèrent de nouvelles formes d’institutionnalité dispersées sur le territoire et plus poreuses.
On parlera des pédagogies et des défis que ces pratiques soulèvent. Le fait que tous ces dispositifs nécessitent une « activation » dénote clairement leur vocation participative.

Le programme s’articulera autour de plusieurs propositions. D’une part, une rencontre de projets avec des tables de travail dans le but de réfléchir à quelques-uns des aspects qui façonnent ces pratiques, qu’il s’agisse de leur motivations, leur durabilité, leur autonomie ou leur évaluation ; la rencontre disposera d’un espace ouvert permanent où seront créées des dynamiques de médiation afin de partager des expériences et des projets.
Deuxièmement, des ateliers avec différents artistes et groupes autour de la construction de dispositifs mobiles, du développement de protocoles d’artiste, de la médiation itinérante, ainsi que de l’expérimentation dans le développement de projets numériques à partir de l’analogique. Ce chapitre comprendra également un séminaire avec une conférence et deux tables rondes sur l’agencement de ces pratiques, l’éducation élargie et la possibilité d’imaginer des pratiques institutionnelles allant au-delà de la conception de l’école comme public de masse.
Finalement, une journée publique et festive avec la présence et l’activation de certains dispositifs (cinéma, ateliers…). En parallèle, une série de dispositifs seront déployés dans divers établissements scolaires et autres espaces de la ville de Barcelone afin d’approfondir, à travers la pratique, la recherche autour de ces façons de faire.

Voir le programme

13/10/2018 : Atelier : FORMATION SAUVAGE SUR DRUPAL



Dans le cadre d'une journée organisée dans plusieurs villes par l'association Drupal France et Francophonie le 13 octobre 2018, les drupalistes rouennais vous proposent une demi-journée de présentations et des ateliers autour du Drupal, avec le programme suivant :

14h-15h : présentation de Drupal par le président de l'association "Drupal France et Francophonie"
15h-16h : installation de Drupal avec le support des membres de la communauté rouennaise
16h -18h : résolution de problèmes et discussions libres autour du logiciel : contribution à la traduction, suggestion de modules, ...

Lieu: Echelle Inconnue : 11-13 rue Saint Etienne des Tonneliers 76000 Rouen
Samedi 13 octobre à 14h

25/02/2019 : Atelier : "La nuit des combats de robots"


Construire et programmer un robot suiveur de lignes, tel est l’objectif de cet atelier qui mêlera électronique et développement.
Rassurez-vous, nul besoin d’être un expert, nous sommes là pour vous accompagner.
Nous vulgariserons le charabia des informaticiens et électroniciens.
La première partie consistera à monter le robot et à le tester.
La seconde verra vos robots s’affronter dans une olympiade : course, slalom, sumo.
La création du circuit électronique sur une plaque de prototypage (et non un circuit déjà imprimé) a pour objectif de vous initier à une technique que vous pourrez réutiliser chez vous.
À partir de 12 ans, groupes de 2 à 3 personnes par robot.
Un kit de construction mis au point par le Hackerspace vous sera fourni.

Par Rémi Passerieu, dit Gnieark, et Frédéric Bisson, dit Zigazou, Membres du Hackerspace de Rouen, Ventres Mous
Lundi 25 février de 19h à minuit à Echelle Inconnue

Stage découverte du logiciel libre Blender pour le montage vidéo / 21-11-2016 / Doctorat Sauvage Numérique

Dans le cadre du Doctorat Sauvage Numérique, Echelle Inconnue organise une initiation au logiciel libre "Blender" pour le montage vidéo. Celle-ci sera assurée par Yannick Gallepie, membre de Synaps Collectif Audiovisuel.

Lire la suite

DISCUSSION & RENCONTRE EN IMAGE / 17 FEVRIER 2014 / 18h30 / Qu'est-ce qu'un transistor?" / Par un electronicien du Hackerspace JeannedHack

Discussion et rencontre en image d'un électronicien : « Qu'est-ce qu'un transistor ? »

lieu : dans les locaux d'Echelle inconnue, 18 rue sainte croix des pelletiers à Rouen

Plus d'information sur le hackerspace :

   IRC : #jeannedhack@freenode
   Twitter : @jeannedhack
   Email : info@jeannedhack.org

PROGRAMMATION DU HACKERSPACE JEANNE D'HACK / SEPTEMBRE 2013

Le programme du Hackerspace Jeannedhack pour le mois de Septembre
Les membres du Hackerspace se réunissent dans nos locaux au 18 rue Sainte Croix des Pelletiers / 76000 Rouen

Lire la suite

CONFERENCE + ATELIER CARTOGRAPHIQUE / BRUXELLES / intervention au CIFAS / VENDREDI 05 SEPTEMBRE 2013 (toute la journée)

Stany Cambot intervient au CIFAS dans le cadre de l'université d'été intitulée "Espace public, espace multiple".

Lire la suite

Depuis quelques temps déjà nous trouons Paris !

Echelle Inconnue s'associe au PEROU et aux Enfants du Canal dans le cadre d'un projet de création d'un centre d'hébergement nomade pour personnes sans domicile dans Paris intra muros.

Lire la suite

HACKERSPACE, RENCONTRE #04 / ROUEN / LUNDI 22 OCTOBRE 2012 / 18h30 / 18 RUE SAINTE CROIX DES PELLETIERS

Le HackerSpace Jeanne D'Hack vous invite pour la 4ème rencontre à Echelle Inconnue.

Au programme :
Installation d'un serveur, formation à Python et bidouillages numériques...

Cette rencontre s'adresse à tous. Personnes initiés ou non-initiées aux pratiques du numérique.

HACKERSPACE prochaine réunion lundi 15 octobre à 18h30

Lundi 8 octobre se tenait la deuxième réunion du Hackerspace. La tribu, assise en presque cercle sur les fragments des bras de la Seine, y faisait le tour des compétences et désirs de chacun et tentait de se trouver un nom. "Hack le vieux" (puisque nous sommes à deux pas de la place du Vieux Marché) et "Janedack" furent évoqués. La préférence d'Echelle Inconnue va naturellement au deuxième tant il est vrai que les femmes sont sous représentées dans ce type de rencontre et qu'il est tout à fait indécent de laisser la figure de Jeanne D'Arc aux réactionnaires. Enfin nous verrons...

Un petit objet a aussi été laissé en pension jusqu'au prochain rendez-vous : une Pirate Box!



Ouverte à tous les "bidouilleurs" de soft ou de hardware, aux électroniciens comme aux informaticiens, la prochaine rencontre aura lieu à Echelle Inconnue 18 rue Ste Croix des Pelletiers à Rouen lundi prochain à 18h30.

Parce qu'il en va de la technologie comme de la politique : "si on ne s'occupe pas d'elle, c'est elle qui s'occupe de nous".

Pour tous ceux à qui le terme de Hackerspace pose des questions, une petite dissection sémantique est lisible ici

PROCHAINS RDV A ROUEN :

COLLOQUE à la Chambre de commerce et d'Industrie de Rouen

Jeudi 25 et Vendredi 26 octobre 2012

Colloque Art et Espace public, le choix d'une ville Organisé par la ville de Rouen Intervention de Stany Cambot dans l'atelier 3 : L'art, l'individu, le collectif.


CONFERENCES au 18 rue Sainte Croix des Pelletiers / ROUEN :

Jeudi 15 novembre 2012

L'impérialisme en bas de chez nous, Foire aux outils pour l'enquête populaire Par Mathieu RIGOUSTE Militant et chercheur en sciences sociales. Il est l'auteur, entre autre de "l'Ennemi Intérieur". La généalogie coloniale et militaire de l'ordre sécuritaire dans la France contemporaine.

Jeudi 6 décembre 2012

L'Utopie comme arme de poing ou la fable explosant dans le réel Par Stany CAMBOT Architecte, auteur, réalisateur et Co-fondateur d'Echelle Inconnue

Jeudi 31 janvier 2013

Le point de vue du chercheur face au bidonville (titre provisoire) Par Odette LOUISET Professeur des universités en géographie à l'Université de Rouen.


EXPOSITION :

Du 19/10/2012 au 08/12/2012

Vernissage nocturne : jeudi 25 octobre à partir de 18h30

Ecouter chuchoter les blasons de la ville. Intervention numérique dans l'espace public par Echelle Inconnue. Variation sans abri sur un texte de Thomas More. Dans le cadre de la programmation "Rêver Rouen".


PROCHAIN RDV HORS LES MURS :

Vendredi 27 octobre 2012 Séminaire d’ouverture du festival Malaupixel (PARIS) / 14h00 / à la Gaité Lyrique : Rencontre avec artistes et universitaires autour de la vidéosurveillance, des réseaux internet et des télécommunications.

Intervention de Stany Cambot / conférence : Un nouveau calque plane sur la ville : numérique

INTERNET

Echelle Inconnue est sur twitter : @EchelleInconnue

Du nouveau sur les sites :

www.makhnovtchina.org

www.journal-smala.org

CREATION D'UN HACKERSPACE / ROUEN / LUNDI 8 OCTOBRE 2012 / 18h30


Mise en place d'un HackerSpace. La forme du groupe ainsi que les futurs projets vont être mis en débat lors de cette rencontre.

RDV au 18 rue Sainte Croix des Pelletiers.

Plus d'information :

http://www.grand-rouen.com/un-hackerspace-rouennais-se-forme/societe/22978



Lire la suite

WORKSHOPS / CONFERENCES / NUMERIQUE / DU 23 AU 28 JUILLET 2012 / Echelle Inconnue au Summerlab festival organisé par PiNG / NANTES

Qu’y-a-t-il de commun entre un bidouilleur numérique qui développe ses projets dans un lab, le membre d’une AMAP qui s’interroge sur ce qu’il mange et s’engage auprès d’un producteur, des citoyens qui partagent en direct expérience et connaissance en ligne ? C’est peut-être un besoin de réinterroger leur rapport aux choses, de se placer davantage comme citoyens que consommateurs, un désir de comprendre le monde qui les entoure et de se l’approprier, d’en interroger les enjeux, de « hacker » la société, la transformer…

A travers ce premier summer lab intitulé « court-circuit/circuit court », PiNG propose d’ouvrir pendant 6 jours un laboratoire-atelier croisant les communautés du hacking, de la culture libre et du DIY avec celles de la production collective, locale et participative autour d’ateliers, d’expérimentations, d’échanges et de performances.

Cet événement est l’étape française du summer of labs 2012, série de rencontres organisées par des labs de l’arc atlantique (Nantes > Bilbao > Gijón > Guimarães > Séville > Casablanca) autour de problématiques communes. A l’image de la culture libre, cette rencontre se veut ouverte, transversale, avec un contenu co-produit par les participants à partir de nœuds thématiques découlant du thème principal « court-circuit/circuit court ».

Cette initiative s’inscrit dans la continuité du réseau LABtoLAB impulsé par PiNG depuis 2 ans.

> Lundi 23 juillet – à partir de 19h Soirée d’ouverture du summerlab au jardin C à la fabrique

Présentation du summer lab par PiNG. Expérience auditive nomade autour du dispositif mobio/écouter chuchoter les murs par ÉCHELLE INCONNUE (travaux et expériences artistiques autour de la ville et du territoire) et EgoTwister (musique électro décalée et bricolée) & apéro dînatoire.

> Mardi 24 juillet – à partir de 20h30 Scène ouverte pour les participants du summerlab au Lieu Unique

Présentation de projets, lecture, performance, conférence, démo etc par les participants du summerlab. L’occasion de croiser de nouveaux univers reliés de près ou de loin au thème « court-circuit/ circuit court ». Au programme de la soirée (sous réserve) : - Retour sur la résidence vélomobile (semaine du 16 au 20 juillet) par Cédric Doutriaux et Thibaud Saloignon - Conférence « Un nouveau calque plane sur la ville : numérique » par Stany Cambot / Échelle Inconnue - Performance Replicata par Vincent Pouplard, Guillaume Brunet et Carole Thibaud

> Mercredi 25 juillet - à partir de 20h30 Scène ouverte pour les participants du summerlab au Lieu Unique

Présentation de projets, lecture, performance, conférence, démo etc par les participants du summerlab. L’occasion de croiser de nouveaux univers reliés de près ou de loin au thème « court-circuit/ circuit court ». Au programme de la soirée (en cours de construction) : - Présentation du projet 3D fiction par Catherine Lenoble et Julien Maudet - Conférence autour du design libre par Christophe André - Performance image&son 8 bit IBNIZ par Pierre Commenge

Plus d’information : http://www.courtcircuitcourt.net/

Atelier Bureau des Peurs et des Angoisses // Tous les samedis

Tous les samedi après midi à Echelle Inconnue : Bureau des peurs et des angoisses, ou relire la ville comme un train fantôme.

L'utopie du faiseur de ville ressemble le plus souvent à un centre commercial, espace aseptisé, dans lequel l'ensemble de l'environnement est contrôlé, jusqu'à sa bande son. Voilà l'idéal, un environnement capable d'influer, guider le comportement dans la béatitude de la consommation (d'espaces comme de produits). Mais voilà, ces espaces mêmes finissent par ressembler ou être ressentis comme le paysage de la série télévisée « le prisonnier ». Dans ce cadre l'angoisse même peut se lire comme une ultime résistance à l'environnement, les lieux angoissants comme les pendants nécessaires au mirage de l’aménagement urbain.

Absente des représentations officielles de la ville, l'angoisse y occupe pourtant une place de choix. Qu'elle ait pu y être recherchée dans une optique de contrôle, ou qu'elle se manifeste aléatoirement, ici ou là, c'est ce rapport que nous entretenons entre elle et la ville que nous décidons aujourd'hui d'interroger.

Lire la suite

Samedi 19 novembre / 14h30 / "Bureau des Angoisses: portrait d'une ville par la Peur."

Workshop au Centre Ressource 18 rue Sainte Croix des Pelletiers, 76000 Rouen.

Lire la suite


propulsé par DotClear