Actualité Échelle Inconnue

Villes nomades de Stany Cambot aux éditions Eterotopia/Rhizome



Villes Nomades de Stany Cambot

Édition et distribution : Eterotopia France/Rhizome - Pollen diffusion

Parution : février 2016

Présentations publiques :

PARIS : Mardi 08 mars à 20h00, Librairie Le Genre Urbain, 60 rue de Belleville 75020
MILAN : Du 18 au 22 mars, Salon du livre indépendant “BELLISSIMA”
ROME : Jeudi 14 avril, 10h-17h, École d'Urbanisme de l'Université Sapienza (Auletta Chiostro, Facoltà di Ingegneria, via Eudossiana,18 ). Journée d'étude, ouverte au public, organisée à l'intérieur des activités doctorales du "Dottorato di ricerca in Ignegneria dell'Architettura e Tecnica Urbanistica, curriculum in Tecnica Urbanistica", de l'université Sapienza de Rome.
PARIS : Samedi 23 avril, 9h30-18h, Institut National d'Histoire de l'Art (INHA) / Salle Benjamin, 6 Rue des Petits Champs, 75002. Journée d'étude, ouverte au public, organisée à l'intérieur du séminaire master/doctorat "Art de la complexité/complexité des arts" dirigé par Roberto Barbanti. (déroulé de la journée ci-dessous).
ROUEN : Jeudi 28 avril à 20h00 : Soirée organisée par Echelle Inconnue à la Conjuration des fourneaux, 149 rue Saint-Hilaire, 76000
MILAN : Jeudi 26 ou vendredi 27 mai, Libreria Calusca
MOSCOU : lieux et dates en cours de définition

Déroulé de la journée du 23/04 à l'INHA :

9h30-10h: accueil et introduction de Roberto Barbanti
10h-10h45: Cosimo Lisi (doctorant, Université Paris 8, Université Sapienza de Rome)
10h45-11h: débat
11h-11h15: pause
11h15-12h: Gaetane Lamarche Vadel (École d’architecture de Paris la Seine, ENSA de Limoges, ENSA de Dijon)
12h-12h30: débat
12h30-14h: pause
14h-14h45: Arnaud Lemarchand (Université du Havre)
14h45-15h: débat
15h-15h15: pause
15h15- 16h: Stany Cambot (artiste, architecte, membre fondateur du groupe Echelle Inconnue)
16h-17h: débat et projection de vidéos

Résumé :

Une double injonction est aujourd'hui faite aux villes et aux individus : les premières doivent devenir métropoles et les seconds mobiles. Ainsi, au programme de métropolisation du monde, répond une mobilité par lui souhaitée. Une mobilité de cadre métropolitain avec ses oripeaux (téléphones, ordinateurs, etc.) se déplaçant de "cité état" en "cité état" en avion ou train à grande vitesse. Les agents de la fabrique de la ville raccrochent alors le train, architectes en têtes, de peur de rater ce tournant comme ils ratèrent celui du développement pavillonnaire. On se pique désormais de mobile, de léger, de « logement une personne » ou de design de bidonville dans l'espoir qu'un marché émerge. Rien de subversif, mais l’aboutissement d'un programme économique et urbain qui se dessine dès le milieu du XIXe siècle dont le nouveau masque s'appelle métropole. Cependant et sans eux, depuis le nouveau millénaire, des tentes partout : des rassemblements militants ayant quitter la rue pour porter le coup là où, désormais, le pouvoir a Lieu, aux tristes révolutions oranges, en passant par les tentes contestataires ou nécessaires des sans-abris. Des camions, des caravanes, des containers aussi, abris ou logement de la renaissance d'un prolétariat nomade disparu dans les années 20. Des cabanes reconstituant, aux abords des métropoles rêvées, les bidonvilles que l'on croyait disparus. La fabrique même de la métropole génère ainsi une toute autre mobilité . On le voit ici comme à Moscou avec ces brigades d'ouvriers (pour utiliser la dénomination russe) venant de l'autre bout du pays ou du continent que l'on trouve en hôtel low cost, en camping, en caravane ou camion au pied du chantier, en lisière de métropole, au bord de la tache verte de la carte. C'est là, que ces mobilités de constructeurs croisent les espaces d'une autre mobilité, celle de la fuite. Celle de ceux que le programme urbain expulse que l'on retrouvent en camping, camion, campement, containers ou celle de ceux qui fuient la métropole l'entendant comme la construction d'un espace de contrôle (travellers, certains voyageurs, habitants de yourtes ou de cabane).

Echelle Inconnue :

Fondé en 1998 et emmené par l'architecte Stany Cambot, Echelle Inconnue n'est pas un collectif mais un groupe, comme un groupe de rock, qui voudrait être à l'architecture ce qu'Elvis Presley fut à Tino Rossi. Groupe indiscipliné de recherche et création, autour des notions d'invisibles des villes et de leurs représentations, il se consacre aux urbanités minoritaires, alternatives ou émergentes ainsi qu'aux populations non prises en compte ou discriminées en raison d'un mode de vie minoritaire. Il tente d'être un acteur de l'émergence d'une connaissance « par le bas » mettant en place des travaux et expériences artistiques autour de la ville et du territoire. Ces expériences au long cours interrogent et associent les « exclus du plan » (sans-abris, Tziganes, immigrés...). Elles donnent lieu à des interventions dans l’espace public, expositions, sites Internet, vidéos, affiches, cartes, publications. Ce dont il est question, c’est de « l’invisible de nos villes ».

PARIS-LIBRAIRIE LE CABANON / 19/03/2015 / "LA VILLE N'EST-ELLE FAITE QUE DE MURS ?"

SOIRÉE AUTOUR DE LA DERNIÈRE REVUE D'ECHELLE INCONNUE, SUR LE THÈME DE LA VILLE MOBILE : MAKHNOVTCHINA #5

Lire la suite

CONFERENCE / 20 MARS 2014 / 18h30 / "JEROME CHARYN ET NEW YORK" / DOCTORAT SAUVAGE EN ARCHITECTURE - RELIRE LA VILLE COMME UN TRAIN FANTOME / LIBRAIRIE POLIS



Pour prolonger la réflexion sur la ville et l’angoisse (projet Relire la ville comme un train fantôme d’Échelle Inconnue) et dans le cadre du doctorat sauvage en architecture.

Conférence à la librairie Polis par Patrick Grée

Titre : Jérôme Charyn et New-York

Résumé : Le Juif New-Yorkais auteur de polars, dont la saga d’Isaac Sidel, baroques et déjantés, triturant le verbe et dévoilant les dessous carnavalesque et meonstrueux de sa cité chérie. A ce point connaisseur de la pomme qu’il croqua dès sa naissance (Le Bronx 1937) qu’il la portraitu(e)ra plus doctement dans quelques ouvrages de haute graisse dont un « Découvertes » pour Gallimard.

Partenariat : Polis, qui a de la suite dans ses idées, propose un large choix de romans noirs où la ville pèse de toutes ses angoisses, et offre pour l’achat de deux titres de la collection « Rivages / noir » une nouvelle inédite d’Emily Saint John Mandel, la petite chérie noire polissonne du moment.

Informations pratiques : Lieu : Librairie Polis / 21 rue Percière / 76000 ROUEN Date et horaire : Jeudi 20 Mars 2014 à 18h30

Echelle Inconnue sur Twitter : @EchelleInconnue

CONFERENCE HORS LES MURS D'ECHELLE INCONNUE : "PROJET MAKHNOVTCHINA" / 21 FEVRIER 2014 / LIBRAIRIE MICHELE FIRK / LA PAROLE ERRANTE / MONTREUIL

Le café-librairie Michel Firk accueille, à partir de 19 h, le collectif d’architecture Échelle Inconnue, invité à présenter son travail. De ce dernier, les organisateurs disent ceci : « Il sera question de territoire, de luttes et de cartographie subversive. Une échappée dans l’univers de l’architecture qui construit pas ou peu, qui réfléchit et qui dérange. Entre art, politique et activisme, Échelle inconnue trouble les frontières et élargit l’horizon des luttes. » Un moment de discussion et d’échanges fera suite à la présentation.

Conférence de Stany Cambot.

Présentation d'Echelle Inconnue et du journal à titre provisoire : Makhnovtchina

Plus d'information sur notre dernier journal : lire la suite

Lieu : Le café librairie Michèle Firk est situé au 9 rue François Debergue à Montreuil

C'est tout près de la station de métro Croix-de-Chavaux sur la ligne 9. Montreuil

Autres infos : Site de la librairie Michèle Firk

Suivez l'information en continu d'Echelle Inconnue : @EchelleInconnue


propulsé par DotClear