Actualité Échelle Inconnue

23/02/2019 : Projection du film "Les bases vie de Flamanville à Moscou ou la java de l'infrastructure" au cinéma Le café des images à Hérouville Saint Clair


Plusieurs activités auront lieu :

une projection précédée d'un court-métrage russe
un atelier, un format d'interventions courtes
un apéro dînatoire russe
une projection avec le camion cinéma.

Synopsis du film "Les bases vie de Flamanville à Moscou ou la java de l'infrastructure" :
Il s'agit d'un documentaire de Stany Cambot commencé il y a deux ans près de l'EPR de Flamanville .
C'est un recueil de témoignages de 11 personnages qui évoquent leurs expériences.
Ce film suit les ouvriers détachés et déplacés vivant dans les campings, bases vie, en gîtes, en camions aménagés, dans des mobiles-homes.
Le but est de construire un projet commun avec les habitants de cette urbanité particulière en prenant comme point de départ l'entretien et la prise de vue.

Infos pratiques :
Entrée aux tarifs de la salle de cinéma
Réservation au Café des images à Hérouville Saint Clair (Calvados) : 02 31 45 34 70

16/04/2019 : Projection du film "Être cheval"

Avec le camion-cinéma

Lire la suite

18/04/2019 : Projections des films "Leviathan" et "Caniba"

Soirée cinéma en salle et avec le camion-cinéma.

Lire la suite

RÉSIDENCE À FLAMANVILLE OCTOBRE 2018


Rencontre avec les ouvriers du chantier de l'EPR.
Tournage
du 2 au 12 octobre au Camping municipal des Tourterelles de Flamanville
Passage à Granville pour voir Eric
En savoir plus
Voir la vidéo du prologue

27/10/2018 : Plateau radio avec l'Atelier Georges


La publication de "L'Hypothèse Collaborative - conversation avec les collectifs d'architectes français", dirigée par atelier georges et Mathias Rollot, prend vie. 

Après la première expérience radiophonique, qui s'est déroulée cet été au pavillon français de la Biennale d'architecture de Venise, le second plateau radio, accueilli par le Pavillon de l'Arsenal, ouvre le débat sur la fabrique de la ville avec les collectifs d'architectes français bien sûr, mais aussi avec les chercheurs, enseignants, programmistes, aménageurs, urbanistes, paysagistes, concepteurs, promoteurs et autres acteurs de l'aménagement du territoire. 

C’est un temps de réflexion pour penser la ville : ses processus, ses collaborations, ses montages, sa chaîne de valeurs, son devenir.

14h00 : Table 1 - Processus Innovants / Savoir-faire traditionnels
avec Antoine Aubinais (Bellastock), Dounia Fert (Les Bâtisseuses), Yassine Elkherfih (YA+K), Edith Hallauer (Editions Hyperville), Edouard Letailleur (Altarea Cogedim), Isabelle Moulin (Europan France), Arthur Poiret (atelier georges)

15h20 : Table 2 - Territoire commun / Produit territorial
avec Paul Citron (Plateau Urbain), Pascal Allançon (FREY), Cécile Diguet (IAU), Aurore Rapin (Yes We Camp), Nancy Ottaviano (Quatorze), Julie-Lou Dubreuilh (Bergers Urbains), Yvan Okotnikoff (atelier georges)

16h40 : Table 3 - Concepteur diplômé / Concepteur ingénieux
avec Christine Leconte (Ordre des Architectes), Stany Cambot (Echelle Inconnue), Sophie Szpirglas (enseignante HMO), Lolita Voisin (directrice de l'Ecole du paysage de Blois), Pascaline Boyron (Les Saprophytes), Collectif Quatorze, Arthur Poiret (atelier georges).

Le plateau radio sera animé par Lolita Voisin et Mathieu Delorme (atelier georges). La technique sera assurée par Guillaume Legret.

Samedi 27 octobre de 14h à 18h au Pavillon de l'Arsenal dans la grande halle du Pavillon, au 21 boulevard Morland 75004 Paris

17/10/2018 : Projection avec le camion-cinéma et Écran Voyageur


Présentation de courts-métrages par Arnaud Lemarchand, Professeur en économie à l'Université du Havre.
Mercredi 17 octobre de 14h à 16h à l'occasion des portes ouvertes au Relais d'Accueil des Gens du Voyage
4 chemin du Halage à Sotteville-les-Rouen.

Accès :
Parking à proximité
Accès transports en commun

Ligne de bus direction Technopôle, station de métro Hotel de ville de Sotteville - 20 minutes à pied

Ligne de bus n° 33, arrêt le plus proche Pont d'Eauplet - 10 minutes à pied

Появление национального журнала нативных гениев


Оглавление :

ФОТО-ПОСОБИЕ : Кондиционер. Время года – лето! Мисья Форлен / Александр Дельенс

Война токов. Спровоцирует ли низкая скорость распространения электричества возврат к постоянному току? Крис де Декер / Стани Камбот

Времянки. Постоянство временного жилья Людмила Пискарева.

Мигрантский « Lo-fi ». Марк Симон

Инженер и бриколёр или курица и яйцо в условиях постапокалипсиса. Стани Камбот

ХОД ЛОШАДИ Жером Гено

введение

В номер вошли: работа "неизвестный масштаб" в России, Нормандии, а так же отрывки из докладов Самопальный докторат по архитектуре Распотрошить машину – вот в чем усердствует «Неизвестный масштаб» с 1998 г. Машина-город, машина-концепт градостроителей или просто электронная и информационная

машина – мы пытаемся заставить их делать то, чего мы хотим от них, а не то, чего они хотят от нас.

Следуя этой самой логике – меньше недоверия, больше «приручения» машин и кодов, которые нас окружают, - мы с 2011 г. принимаем на своих страницах хакерспейс, посещаем или организуем
сами встречи и конференции,которые помогают нам разгадать, что скрывается в чреве машин.

Мы заметили: когда наступает кризис города, другие тоже стремятся распотрошить машину, чтобы сделать невозможное пригодным для жизни. Наконец, желание распотрошить
машину объединяет хакера и самодельщика, которых принято относить к разным классам. Этот номер «временной газеты» посвящен восстановлению их братских уз.



Lancement du nouveau journal # 7

Au sommaire :

-Tuto-photo : Une clim'pour l'été !

- La guerre des courants : Électricité lente/stagnante: le retour du courant continu?

- Vremyanka : Habitat provisoire et éternel de Russie

- Migrants "LO-FI"

- Récit : L'oeuf et la poule post-apocalyptiques

- Nouvelle "La marche du cheval"


Éventrer la machine c’est le travail qu’Echelle Inconnue s’évertue à faire depuis 1998. Machine‐ville, machine‐concept des faiseurs de ville ou plus simplement machine électronique et informatique auxquelles nous essayons de faire faire ce que nous voulons d’elle et non ce qu’elles veulent de nous.

C’est dans cette même logique moins de défiance que de reprise en main des machines et codes qui nous environnent que nous accueillons depuis 2011 un hacker space, organisons ou accueillons rencontres et conférences susceptibles de nous faire entendre ce que le ventre des machines cache. Éventrer la machine c’est la pratique que nous observons aussi chez d’autres dans les espaces de crise de la ville visant à rendre l’impossible vivable.

Éventrer la machine c’est enfin ce qu’il y a de commun au hacker et au bricoleur que les distinctions de classe séparent. Un numéro du « journal à titre provisoire » pour ré‐esquisser ses fraternités. Bricolage ou plutôt bidouillage et hacking sont à l’origine un seul et même mot que modes, institutions et marketing ont depuis longtemps séparé. En France, comme en Russie bricolages, samodelok, entrent au musée sous forme de pastiche ou de collection d’artiste. Cependant que le hacking, débarrassé de sa potentielle dangerosité pour le système, se fait une place dans la sphère de l’art contemporain.


Ce deuxième numéro consacré à ce thème ne se veut toujours pas une énième tentative de revalorisation de ces pratiques clandestines de nos quotidiens, mais plutôt une tentative de restauration de leur fraternité et leur potentiel émancipateur face au monde de la division du travail et de l’économie libérale; par là, leur rendre leur capacité de perturbation d’un pouvoir qui tente de nous en dépouiller.

Entretien à la Gaité Lyrique


Jeudi dernier, a eu lieu la présentation des Doctorats Sauvages en Architecture et Numérique et du nigloblaster par Stany Cambot (Rouen) et Nicolas Burlaud de Primitivi sur le Doctorat Sauvage en Média Libre à la Gaité Lyrique. Le Nigloblaster, tout droit venu de Dieppe, était en exposition. Il s'agissait de montrer au public en comment fonctionnait les différents Doctorats Sauvages en Normandie et à Marseille.

Cette conférence était inscrite dans le cadre de "Recherches à découvert" Le cycle s’intéresse aux directions que prend la recherche aujourd’hui et met ses processus à découvert. Il invite régulièrement des artistes, des laboratoires et des écoles à partager leurs travaux entre les disciplines, la théorie et la pratique. À partir des croisements singuliers entre recherche et création, « Recherches à découvert » rend compte de la capacité des artistes-chercheurs à inventer des formes, à renouveler les protocoles d’exploration et à relier les savoirs pour appréhender la complexité du monde contemporain.

Émission radio à la Biennale d'Architecture de Venise


Trois conversations avec les contributeurs de l'ouvrage l'Hypothèse Collaborative" de l'’Atelier Georges et Mathias Rollot, Éditions Hyperville , ont eu lieu et correspondent aux "3 manières de FAIRE" .
Samedi 23 juin, Stany Cambot a participé à la discussion qui était autour du troisième chapitre du livre L’hypothèse collaborative, intitulé "Faire avec, faire autrement".
Ce plateau radio organisé par l'Atelier Georges s'est déroulé dans le pavillon français de la Biennale d'Architecture de Venise et a fait de la programmation de "Lieux Infinis" organisée par Encore Heureux.
Émission radio en podcast
Pavillon français Ca’ Giustinian, San Marco 1364/A 30124 Venise, Italie.

Tel un hérétique au Vatican, Echelle Inconnue à la biennale de Venise
Nos pratiques semblent soudain, et sans doute tout provisoirement, trouver écho au sein même du temple de l'architecture qu'est la biennale.
Cela pose suffisamment de question pour que l'on veuille constater sur place le travail de récupération qu'opèrent marché et tendance de la fabrique de la ville.

Depuis plus d'une dizaine d'années, des "collectifs d'architectes" essaiment et sont maintenant identifiés tant par les médias que par les institutions. C'est à cette nébuleuse informelle qui recouvre une large diversité de pratiques regroupées sous le thème "faire la ville autrement" que cet ouvrage cherche à rendre compte. Par la mise en avant de méthodes implicatives ou la pratique de chantiers ouverts et vivants, ce nouveau métier invite incidemment nombre d'acteurs, institutionnels et autres, à se questionner sur leurs façons de faire.

Ce projet éditorial vise à établir une cartographie problématisée des savoir-faire inventifs, expérimentations heureuses ou malheureuses des “collectifs” français. Les nouveaux enjeux écologiques, possibilités technologiques et données économiques posent questions, et poussent architectes, urbanistes et paysagistes à se tourner vers d’autres voies, méthodologies et finalités alternatives. Comment penser le devenir des territoires dans l’optique d’intégrer l’imprévu, le spontané, l’autonomie habitante? Sur quelles bases et énergies s’appuyer pour concevoir des dynamiques urbaines et rurales plus cohérentes et soutenables ? Notre hypothèse est celle de la collaboration. C’est à un travail de cartographie et d’interrogation de ces nouvelles capacités collaboratives que tente de se livrer ce projet : une éloge de la collaboration, mais aussi une tentative d’en cerner les potentialités latentes, limites, dangers et dérives.

À l'heure où une certaine reconnaissance par les pouvoirs publics se fait sentir et où la crise sociale et économique bouleverse nos équilibres, il est plus que jamais nécessaire d'ouvrir des espaces de réflexions collectifs, critiques et constructifs : c'est bien l'objet et la méthode que cet ouvrage propose. Il dresse un panorama non-exhaustif mais convaincant sur une pratique en pleine ébullition, construit tant sur des paroles récoltées que des points de vue critique.

Conférence à la Gaité Lyrique à Paris


Présentation des Doctorats Sauvages en Architecture et Numérique et du nigloblaster par Stany Cambot (Rouen) et Nicolas Burlaud de Primitivi parlera du Doctorat Sauvage en Média Libre
Jeudi 28 juin à 19h à la Gaité Lyrique
3 bis rue Papin 75003 Paris
Cette conférence s'inscrit dans le cadre de "Recherches à découvert"
Le cycle s’intéresse aux directions que prend la recherche aujourd’hui et met ses processus à découvert. Il invite régulièrement des artistes, des laboratoires et des écoles à partager leurs travaux entre les disciplines, la théorie et la pratique. À partir des croisements singuliers entre recherche et création, « Recherches à découvert » rend compte de la capacité des artistes-chercheurs à inventer des formes, à renouveler les protocoles d’exploration et à relier les savoirs pour appréhender la complexité du monde contemporain.

Conférence au Pavillon de Caen juin


Echelle Inconnue présentera un film d'archives sur les questions liées à l'habitat des ouvriers en lien avec les projets infrastructurels à Flamanville (mines de Dielettes, centrale nucléaire de Flamanville, EPR...) depuis le XIXème siècle.
Ce moment sera l'occasion d'échanger sur le projet en cours à Flamanville sur les différentes rencontres faites sur place....
Mercredi 27 juin à 20h au Pavillon 10, quai François Mitterand, Caen.

Résidence à Moscou


RUSSIE

Projet Makhnovtchina.

Co-production d'une création radiophonique avec Marc-Antoine Granier.

du 14 mai au 2 juin

Exploration de la ville souterraine post-soviétique
Traversée des cites de garage de Moscou à Oulianovsk en passant par Naberejnye Tchelny
Plus d'infos

Résidence à Flamanville avril 2018



Projection de films en camion-cinéma :

-Les mines de Diélette : montage d'images d'archives

-Entretien à la base vie des Pieux tourné avec Paulo et Alexandre

-Déplacement vers l'EPR : tourné avec Richard dans les navettes de l'AIE

-L'apocalypse a déjà eu lieu, épisode 1 : tourné dans les cités de garage de Nabrejnie Tchelny, Russie

Rencontre avec les ouvriers du chantier de l'EPR du 9 au 13 avril au Camping municipal des Tourterelles.

Conférence au Pavillon de Caen



Présentation du projet Makhnotchina et projection avec le camion-cinéma.
Mercredi 18 avril à 20h au Pavillon de Caen, 10 quai François Mitterand, Caen.
Conférence de Stany Cambot, réalisateur et fondateur d’Echelle Inconnue et projection de trois films réalisés par Echelle Inconnue en camion-cinéma.
 
Echelle Inconnue s'intéresse à Flamanville mais aussi à la Russie, à la Moldavie. Leur projet, Makhnovtchina, adisciplinaire et forain, vise à expérimenter, co-naître et cartographier (sur tous types de supports et notamment filmique) la ville mobile avec ceux qui la vivent ainsi qu'à outiller des situations critiques -ou les espaces produits par la Métropole. C'est donc de Moscou jusqu'à Flamanville (Manche) que Stany Cambot nous fera parcourir et découvrir entre documentaire et discussion ce projet Makhnovtchina.

Films projetés avec le camion ( à la suite de la conférence, ~ 35 min) :

- « Nous avons marché sur Shanghaï », tourné en 2017 avec Ilya à Shanghaï, l'une des plus grandes cités de garages de Moscou.

- « KAMAZ. L’apocalypse a-t-elle déjà eu lieu ? », tourné en 2017 dans les cités de garages de Nabrejnie Tchelny,Tatarstan.

- « Le port. Les monstres. », tourné en 2017 dans les ports de Limay et Gennevilliers. L'histoire de ceux qui créent et travaillent la ferraille, mais aussi de ceux qui la transportent, routiers et mariniers, est racontée.

Résidence à Flamanville début mars


Rencontre avec les ouvriers de la centrale nucléaire à l'occasion du tournage
au camping de Flamanville.
Le site de l'EPR ( Réacteur pressurisé européen ) s'apprête à accueillir 1700 ouvriers supplémentaires au printemps pour le grand carénage; ce qui soulève la question du logement pour ces nouveaux ouvriers.


propulsé par DotClear