Actualité Échelle Inconnue

Projections du film Les ports Les monstres



Le nouveau film de Stany Cambot, Le port Les monstres, réalisé avec les nomades de la ferraille sur les ports de Limay et de Gennevilliers sera diffusé le mercredi 20 décembre à 17h dans l'entreprise AMF et à 19h sur l'aire d'accueil de Limay et le jeudi 21 décembre à 19h au restaurant "Au rendez-vous des chauffeurs" à Gennevilliers.

Ce film suit le cheminement d'un morceau de ferraille, qui passe de mains en mains, des petits ferrailleurs qui le trouvent en faisant les encombrants, l'apportent à AMF ( Achat Métaux Ferrailles ) où il se fait alors broyer puis livrer à GDE ( Guy Daulphin Environnement) qui l'achemine par péniche jusqu'au Havre.

Le bout de ferraille que nous suivons est un écran jaune, que l'on voit au début du film projeter des images d'archives à Gennevilliers à l'endroit des anciennes cités de transit.

Cette question même des cités de transit mais aussi celle des objets, des personnes, des anciens logements des immigrés, des aires d'accueil et du logement routier en camion... est abordée à travers ce film. Les cités de transit sont nées du démantèlement des bidonvilles et sont utilisées comme outil de résorption, non seulement des bidonvilles, mais aussi de l’habitat insalubre en général.

Un dossier de presse est disponible, vous pouvez le recevoir en envoyant un email à cette adresse: emilie@echelleinconnue.net

«Мобильные города, тайная история модернити» 4-12-2017

Жилищный кризис, а так же превращение территорий в образцы метрополии заставляют множество людей выживать, изобретать и пользоваться мобильными и временными архитектурными и градостроительными формами.

От Москвы до Кале бульдозеры и полиция уничтожают торговые павильоны и городские джунгли, спонтанные лики города. Они ведут тихую войну, начатую еще в XIX веке. Но, возможно, в настоящий момент необходимо не устранять данные архитектурные и градостроительные объекты, а, наоборот, вписать их в модернити. Группа «Echelle Inconnue», возглавляемая художником и архитектором Стани Камбот, с 2012 года пытается создать картографию (в том числе мифологическую) подобной потаённой жизни городов Нормандии и города Москвы.

В настоящее время появились требования, предъявляемые городам и живущим в них людям: первые должны превратиться в метрополии, а вторые – повысить свою способность к миграции. Мобильность горожан, столь ценимая метрополией, должна ей соответствовать. Эта мобильность, отвечающая логике метрополии, предстаёт во всём своём бутафорском блеске перемещений из одного «города-государства» в другой, авиаперелётов и поездках на высокоскоростных поездах, мобильных телефонов, компьютеров, планшетов. Таким образом создатели городской среды (и прежде всего – архитекторы) узурпируют поезда и ставят себе в заслугу мобильность, доступность, «квартиру на одного человека» и создание трущоб – в надежде оживить рынок. Всё происходящее – не пример чьей-то подрывной деятельности, но апогей экономической и градостроительной программ, начатых ещё в XIX веке и получивших на сегодняшний момент новую маску, называемую метрополия.

Однако и без участия проповедников мобильности, с начала нового тысячелетия грузовики, жилые трейлеры, контейнеры становятся убежищем и жилищем возрожденного номадного пролетариата, исчезнувшего во Франции в 20-х годах XX века. На окраинах образцовых метрополий возводятся лачуги, формирующие, казалось бы, исчезнувшие навсегда трущобы. Создание метрополии создает таким образом совершенно иную мобильность. Она видна в Нормандии, так же как и в Москве: бригады строителей, рабочих, приезжающие с другого конца страны, обитатели дешевых гостиниц, кэмпингов, трейлеров, контейнеров, грузовиков, расположенных на территории строительных площадок. На окраине метрополии эти мобильные строители пересекаются с примерами иной мобильности – теми, кто не включен в проект развития города, кто живет в кэмпинге, грузовике,

контейнере, кто старается избежать метрополии, видя в ней пространство, где во главе стоит контроль (путешественники, обитатели лачуг, гаражники и так далее). Интернациональная, невидимая архитектура, эти градостроительные формы создают возможный ответ на градостроительные изменения, порожденные Вашингтонским консенсусом. В России 90-х годов они явились на свет в форме прямолинейной жестокости, на территории Западной Европы они медленно, но верно появляются сейчас.
Детали.

Время проведения: 4 декабря, 18:00 - 20:00.

Место проведения: Библиотека иностранной литературы (ул.Николоямская, 1).

25/11/2017 / Projection de films : « Hacking ouvrier ou la débrouille dans la mobilité »

Participation au mois du film documentaire dans le département de l'Eure : projection de films en MKN-VAN, camion-cinéma d'Echelle Inconnue, et atelier sur le bricolage au quotidien en habitat léger et mobile. Cet événement se déroule à la Médiathèque de Garennes-sur-Eure le samedi 5 novembre 2017 de 14h30 à 18h.


Lire la suite

DOCTORAT SAUVAGE WORK IN PROGRESS SERVICE CIVIQUE




DOCTORAT SAUVAGE :

- GOOGLE EST MON AMI ! Aspirations de données
Par Frédéric Bisson, dit Zigazou, membre du Hackerspace de Rouen Ventres Mous
Lundi 27 novembre 2017 à 19h. En savoir plus
DOCTORAT SAUVAGE EN NUMÉRIQUE

- MÉNAGE DANS LE PAYSAGE : Le déplacement durable de la drague sexuelle entre hommes.
Par Laurent Gaissad, socioantropologue, ENSA Val de Seine et Amélie Landry, photographe.
Jeudi 30 novembre à 19h. Lire la suite
DOCTORAT SAUVAGE EN ARCHITECTURE

WORK IN PROGRESS :

- MAKHNOVTCHINA : Soirée projection de films et rencontre avec le routier Claude - entre Gennevilliers et Limay
Lire l'article ici

- CAMPING NUMÉRIQUE : Retour sur le 1er Doctorat Sauvage En Numérique
Voir les images ici

- LE CINÉ-TRUCK MKN VAN d’Echelle Inconnue, personnage du dernier film de David Dufresne Le Pigalle
En savoir plus

HORS-LES-MURS :

- MOSCOU: Séminaire "Politique d'identité"
Stany Cambot abordera la question de l'urbain et des migrants : "étrangers ou la ville ré-orientaliste".
17 novembre à Shaninka, école des sciences économiques et sociales de Moscou.
Projet d'Echelle Inconnue à Moscou

- GARENNES SUR EURE: Participation au mois du film documentaire
Projection de films en camion-cinéma et atelier sur le bricolage en habitat léger et mobile.
25 novembre, 14h30, Médiathèque de Garennes-sur-Eure.
Découvrir le programme de la journée

RECHERCHE UNE PERSONNE EN SERVICE CIVIQUE
Organisation du Doctorat Sauvage
Nous recherchons un.e volontaire pour s'occuper du cycle de conférences des Doctorats Sauvages En Architecture et En Numérique.
Voir l'annonce en ligne

NOUVEAU LIEU POUR ECHELLE INCONNUE

L'équipe d'Echelle Inconnue n'est plus installée rue Sainte-Croix des Pelletiers et prépare pour dans plusieurs mois l'ouverture officielle du 11-13 rue Saint-Etienne des Tonneliers. De résidences, en ateliers, en rencontres, en formation punk... retrouvez nos projets hors-les-murs et suivez les sur nos différents sites internet :

echelleinconnue.net, le site pour suivre toutes nos actualités makhnovtchina.org, le blog du projet sur les villes mobiles dsea.fr, le site pour revoir les conférences passées et découvrir la future programmation. Le Doctorat Sauvage aura dorénavant son pendant numérique un lundi par mois ! Nous suivre sur Twitter : @echelleinconnue

Nos adresses du moment : Adresse Postale : Echelle Inconnue, Chez Pix3l, 50 bis rue verte, 76000 Rouen Siège : Echelle Inconnue, 11-13 rue Saint-Etienne des Tonneliers, 76000 Rouen

EST - Garage ! гараж ! l’apocalypse a déjà eu lieu ! Projet de création documentaire en architecture avec les monstres urbains post soviétiques

Garages



Derrière l’université du MGU à Moscou s’étendent 8 000 garages de tôles ou de briques dont 4 000 on été détruits en 2015 : voilà Shanghaï. Une ville dans la ville, un État dans l’État pour certains. Dans ces garages il y a longtemps qu’on ne se contente plus d’y garer sa voiture. On y travaille, on y produit, on y mange, on y dort, on y vit ou on s’y cache. Les garagniks d’ici sont Russes, Arméniens, Géorgiens, Tatars ou Ouzbeks, professeurs d’université ou ingénieurs, mais plus souvent ouvriers ou techniciens ayant rompu avec l’industrie pour des raisons économiques et salariales ou simplement par ennui.

Sur des terrains prêtés aux coopératives d’employés soviétiques par l’État les garages ont poussé. Puis, peu à peu l’artisanat et le logement même s’y sont développés de manière autogérée. Quand les autorités disent « économie de l’ombre », les garagniks répondent, vie, survie, travail, débrouille. Car l’apocalypse a déjà eu lieu. C’était dans les années 1990 quand les villes russes se couvraient soudain de banques et de kiosques. Les cités de garages deviennent alors la réponse urbaine, économique et sociale à la dérégulation totale et brutale d’un pays qui n’existe plus. Solution de logement pour les migrants centre-asiatique mais aussi solution économique pour un pays entier. Ce sont des cités bricolées, qui constituent une autre fabrique de la ville, aujourd’hui pourchassée par les autorités, qu’il convient d’interroger.


Une traversée

Après avoir traversé et documenté la principale cité de garage de Moscou : Shanghaï (voir le film réalisé par Stany Cambot avec Ilya). Nous mettons nos pas dans ceux du jeune chercheur Sergueï Seelev et partons vers le Tatarstan à la rencontre des cités de garages de la fédération russe (lire l'article sur makhnovtchina.org). Là où se réinvente la ville et l’économie autour de la production parfois massive de meubles, de housse de voiture, de guitare, de jeux vidéo ou de meuble dans une complète indistinction entre l’artisanat et la start up. Invention populaire de ce qu’ici on tente de théoriser en « villes créatives » ou autres « pépinières » (suivant aussi en cela un modèle post-soviétique : celui du Berlin d’après la chute.)




Science fiction d’hier. Ville post-apocalyptique d’aujourd’hui

Ni bidonville, ni espace délaissé, ces cités provoquent un choc esthétique à l’œil occidental. Décor de film ou évocation du roman de Dmitri Glukhovski : Métro 2033 dystopie post apocalyptique dans laquelle ce qui reste de l’humanité se terre dans le métro de Moscou. On découvre comme ici, comme dans le roman, que les monstres et mutants ne sont pas si maléfiques que cela.

Voilà le motif de nos films à venir : nous voyageons en compagnie des monstres que l’État russe prétend maléfiques et veut éradiquer.

Suivre nos recherches et créations à l'Est de l'Europe sur l'onglet EASTERN du blog makhnovtchina.org.

Flamanville - Les bases vie ou la java de l’infrastructure : intentions du projet

Nous nous attacherons à documenter, avec ses habitants, cet habitat en milieu rural produit par le chantier de l’EPR, en réalisant un ou plusieurs films documentaires qui tisseront des liens avec les films réalisés en Russie dans le cadre du programme Makhnovtchina.



Les bases vie. Ou la java de l’infrastructure

Le territoire rural a changé de nature, c’est désormais un territoire urbanisé. La modification majeure dans le paysage du Cotentin aux alentours de Flamanville est produit par le chantier infrastructurel (EPR). Alors que les formes mobiles de l’habitat et plus largement de la ville sont réputées incompatibles avec la ville planifiée, elles sont cependant nécessaires voire souhaitées lors de travaux infrastructurels pour loger la main d’œuvre au plus près du chantier. Dans la mégapole moscovite, ce sont de véritables cités de containers abritant la main d’œuvre centre asiatique qui sont montées et démontées aux gré des transformations urbaines. L’occurrence contemporaine de ces logements ouvriers mobiles est en Normandie l’ensemble des bases vie destinées aux ouvriers de l’EPR à Flamanville et alentours. Sorte de camping, dérogeant en vertu des permis précaires aux règles d’urbanisme, elles dérogent aussi au droit commun du logement et rattachent la question du logement à celle du salariat, lien brisé dès l’après-guerre par le code du travail. Comme à Moscou, il s’agit d’enclaves « économiques spéciales » ou dérégulées accueillant travailleurs français comme travailleurs détachés. Ici le rôle de contremaître se confond aussi souvent avec celui de concierge ou d’applicateur du règlement intérieur. Des sociabilités, détournements et modes de vie subsistent et résistent pourtant. Au delà c’est l’environnement (la ville stable et cadastrée) qui est impacté. C’est, après avoir commencé un travail de recherche à Moscou (sur l’ensemble de la filière allant de la fabrication des containers à leur dépôts), ce que nous désirons réitérer ici : Dresser le portrait de la ville du monstre-ouvrier-forain dont la figure se confond malgré lui avec son habitat. Nous nous attacherons en outre, comme nous l’avons fait à Dieppe, à explorer en collaboration avec le CAUE 50 les occurrences historiques du logement mobile dans cette zone, du logement des mineurs, aux cités de transit, en passant par les « chalets suédois » et les logements provisoires de la reconstruction. En somme inscrire dans une histoire tue et clandestine ce mode de ville en milieu rural.

Le monstre

Dans son article De 1895 à 1912 : Le cinéma forain français entre innovation et répression publié par la revue de cinéma 1895, Arnaud Le Marchand, économiste à l’Université du Havre, exhumait un extrait d’un article publié dans le journal L’Inter Forain au début du siècle « le cinéma demeure le plus beau monstre de la foire ». Par là l’auteur entendait d’une part le merveilleux mais aussi ce qu’on mon(s)tre pour la prouesse technique et ingénierie qu’il représente. C’est sous ce prisme que nous désirons, résolument forains, filmer et dire cette ville autre et souvent fantasmée que les mots des marchands de murs ne peuvent embrasser. C’est aussi l’angle distancié et critique qui permet de faire sentir ces ambiguïtés mais aussi associer ceux qui la peuplent à la création.

C'est au bar la Forgette puis dans une de ces bases vie que nous avons déjà rencontré des ouvriers du chantier de l'EPR.
Vous pouvez lire les comptes-rendus de ces rencontres ICI et .

Makhnovtchina sur l'axe Seine - Les ports de Limay et Gennevillers : intentions du projet

Seine, Moskva, Bîc, Dniestr... Partout sur le parcours de la caravane Makhnovtchina revient le fleuve. Vecteurs historiques d'échanges, de mouvements, les fleuves sont également des points d'ancrage temporaires pour les nomades de la ville mobile.

Echelle Inconnue se questionne sur l'importance des fleuves dans la structuration de la ville et de ses aménagements, et dans la réinterrogation des théories de l'infrastructure.

Mariniers, migrants, forains, travellers, ouvriers en camion, autant d'habitants mobiles pour qui le fleuve devient lieu de vie, de travail, de refuge.

Résidence aux ports de Limay et de Gennevillers :



En 2017, nous allons explorer cette question en interrogeant des espaces pluri-institutionnels dont l’expansion territoriale modifie les pratiques d’habiter et l’économie liée (très visible à Limay, aux marges du quartier Centre-Sud) et, dans le même temps, engendre de la mobilité.

Une traversée, pour entendre comment l'expansion des ports rejette, interdit, tolère, s'arrange, appelle ou fabrique la mobilité et le nomadisme. Ce nouveau projet est le prolongement d’un travail mené depuis 2010 sur ce sujet qui prenait pour centre, l’Axe Seine en Normandie (et le projet du Grand Paris vers l’Ouest).

Lire l'article sur les cités de transit du port de Gennevillers sur Makhnovtchina.org : ICI.

Exposition Minimaousse 6 "Habiter le temporaire" à la Cité de l'Architecture et du Patrimoine du 17 mai au 16 juillet 2017

Du 17 mai au 16 juillet 2017, des projets d'Echelle Inconnue seront exposés à la Cité de l'Architecture et du Patrimoine dans le cadre de l'exposition "Minimaousse 6". Vous pourrez y retrouver des films réalisés avec des personnes vivant ou travaillant dans des habitats légers et mobiles (en voir ICI), et également le projet de Micro-architecture réalisé sur un bidonville au Havre en 2013, les "Toilettes sèches Vago".

Lire la suite

Fanzinobus et MKN-VAN en projet dans l'intercom bernay terres de normandie

Du 15 au 21 mai, la Fanzinothèque mobile et le MKN-VAN seront en territoire brionnais pour une série d'événements autour de la mobilité. Création de Fanzines avec les lycéens, exposition, sérigraphie, cinéma mobile etc. Événement organisé dans le cadre du projet Mouv'en Risle 2017.

Lire la suite

Soirée de lancement du journal #6 d'Echelle Inconnue "Éventrer la machine" // Le 13/04/2017 // Doctorat Sauvage En Architecture

Venez fêter avec nous cette nouvelle parution, Franco-Russe, le jeudi 13 avril à 19h à La Conjuration des Fourneaux, 149 rue Saint-Hilaire, Rouen !

Lire la suite

ECHELLE INCONNUE À LA FNASAT / 19/10/2016 à 19h / Présentation du livre « Villes Nomades » de Stany Cambot Puis Projection de films en camion-cinéma !

LA FNASAT ACCUEILLE ECHELLE INCONNUE !

Lire la suite

PAU - PARTICIPATION AU FESTIVAL ACCÈS « FRONTIÈRES ET PROJECTIONS » / 12-16/10/2016

Participation de Stany Cambot au colloque "cArtographies : représentations poétiques et critiques pour penser les frontières et le monde contemporain" les 13 et 14 octobre 2016

Lire la suite

Les images de "Désinventer la Seine", rencontres de l'habitat léger et mobile à Rouen les 3-4 sept 2016





















Lire plusieurs articles de presse sur ces rencontres : ICI, ICI, ICI, ICI

Reconquête ! Les mots sont lancés à travers une Europe désindustrialisée, de la Seine à la Moskva.

Depuis 2013 à Rouen, mairie et métropole ont lancé les chantiers de reconquête de la rive gauche des bords de Seine. Ceux-ci constituaient pourtant en plein centre ville une rareté : une place pour la ville mobile et foraine, accueillant retraités en camping car, travellers, voyageurs, habitats et commerces forains, cirques et circassiens etc. Mais le rouge est mit. Pelleteuses et Barrières signent à grand frais la fin de cette exception urbaine. Après un début d’aménagement sans bruit, communication et marketing ont pris le relais et, sur les affiches, camions, tentes, stands et camping-cars sont remplacés par les vélos, pelouses et hypothétiques cerfs-volants de la métropole techno-verte et conviviale.

Il s’agit à présent de mettre des mots et des images sur cet art de faire la ville, contre le voyageur : « Le fleuve devient un lieu de vie, d’activité économique et d’habitat », disent-ils. Comment ? « (…) par l’anéantissement d’un lieu de vie, d’habitats et d'activités économiques qui y étaient présent », voudrions nous rajouter.

À notre tour de poser des mots, de dire ce qu’il en est et de raconter ceux qui vivent, mobiles dans les vides des cartes. Les 3 et 4 septembre 2016, nous, Echelle Inconnue et l’association HALEM, avons organisé les rencontres itinérantes de l’habitat léger, éphémère et mobile sur la toute proche île Lacroix, afin, à notre tour, de « désinventer la Seine » avec ceux que la politique de reconquête refuse visiblement d'appeler "les conquis". En somme prendre part à cette guerre silencieuse, qui pourtant a lieu, déclenchée par ceux qui préfèrent inventer une réalité à leur convenance plutôt que prendre en compte le réel parfois complexe et clandestin d'un peuple sur roues, grandissant mais pourtant éternellement chassé.

Les 3 et 4 septembre à Rouen : rencontres "Désinventer la Seine, à la lumière de ses réalités nomades !"

Dans le cadre de la caravane d'HALEM : Rencontres nationales et itinérantes de l'habitat léger, éphémère et mobile

Lire la suite

CINÉ D'URGENCE ! CINÉ FORAIN - CINÉ DIRECT LE MKN-VAN ET LE CINÉMA VOYAGEUR EN TOURNÉE À ROUEN MARDI 28 JUIN

Le Camion-cinéma d'Echelle Inconnue et le Cinéma Voyageur se rencontrent mardi 28 juin de 17h30 à minuit place de la Pucelle à Rouen pour y établir un campement de cinémas forains. Ensemble ils vous proposent une programmation de films en libre diffusion traitant de la ville, du politique, de la société, de la mobilité...

Le MKN-VAN et les films réalisés par Echelle Inconnue

Lanterne magique, salle de projection, studio d'enregistrement et atelier mobile, le ciné-truck MKN-VAN est pour Echelle Inconnue autant l'outil que l’œuvre résultante de Makhnovtchina, travail de recherches et de créations autour de la ville mobile et foraine, entamé en 2010. C'est un travail de facteur ou de colporteur. La matière récoltée, tournée et montée à un endroit part pour être diffusée à un autre. Ainsi, sur les rails du ciné-train de Medvedkine, dans les roues du cinéma forain du début du XXe siècle, le MKN-VAN a pour objectif de rapprocher des situations de mobilité les unes des autres.

Voir une partie des films d'Echelle Inconnue
Voir quelques images de la 1ère tournée du MKN-VAN.




Le Cinéma Voyageur

« Un Cinéma libre et ambulant posant ses bagages ici ou là, au gré de ses envies, pour proposer une programmation qui émerveille, gratte et chatouille. Un autre chemin dans les méandres d’un système où l’image et la création sont devenues des objets de consommation. Le Cinéma Voyageur projette des films de libre diffusion, et invite à l’échange d’expériences, de points de vue, de questionnements, dans une atmosphère intimiste sous le chapiteau, sur le trottoir d’à coté ou autour d’un repas partagé. »

En savoir plus sur le Cinéma voyageur
Voir les films réalisés par Synaps



Vous pouvez également nous rejoindre sur Twitter : @echelleinconnue ou nous contacter par mail à mel@echelleinconnue.net.

Pour suivre l'actualité, les rencontres, les articles et les films d'Echelle Inconnue dans le cadre du projet Makhnovtchina sur la ville mobile, c'est ici



propulsé par DotClear